Hollywood, la ville des stars ! Qui aurait cru qu'Hollywood était tout aussi la ville des querelles ? Personne.
La fondatrice recherche un staff ! Envoyez vos candidatures sous le compte d'Harry si vous êtes intéressé !

Partagez | 
 

 En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma   Jeu 28 Mai - 11:51

Combien de chance sur un millions existe-il pour que ne nous retrouvions coincées tous les deux ?

Emma & Justin

Les chambre strictement non-fumeur des chambres d’hôtel et mon envie de fumer m’oblige à me lever du lit complètement courbaturer. Les lits des chambres d’hôtel n’étais strictement pas fait pour mon dos, pourtant mes deux mois à avoir passé mes nuits dans ces chambres n’ont rien changé. Car après ma rupture avec Selena il y a quelques mois, j’avais jugé bon pour notre couple et mieux pour elle, qu’elle garde notre appartement. C’était la moindre des choses à faire que je puisse faire pour elle après l’avoir brisée. Je n’allais comme même pas la détruire intérieurement et en plus de ça garder la maison pour moi. Alors, j’ai dû faire les choses correctement et faire disparaître mes affaires de chez nous pour m’en aller vivre loin d’elle, à l’hôtel. Bien sûr depuis tout ce laps de temps, Selena et moi étions redevenus « ami », nous nous revoyons de temps à autres et avions pu mettre les choses à plat, discuter et repartir sur de bonnes bases. D’ailleurs, lors de la soirée pour le Népal qui c’était tenu hier en présence de nombreuses célébrités, j’avais eu l’occasion de la voir, ce qui a permis de faire voir au monde que nous n’étions plus en froid. La vérité est que nous nous fréquentions en secret, j’allais la voir lors de ces shotting photo et lors de ces sessions en studio.  Dans des endroits où je savais que les paparazzis n’avaient pas accès, bien sûr les membres du staff était tenu au secret professionnel et savait qu’il ne devait pas dire un mot nous concernant. Selena et moi ne voulions pas que le monde entier sache que nous pourrions être en voie de nous remettre en couple, nous voulions que sa se fasse sagement et tranquillement. Sans avoir la pressions des médias et des fans qui nous poussent à ce remettre rapidement en couple afin que le couple emblématique du show-business renaisse de leurs cendres. C’est pourquoi je m’en étais allé de la soirée un peu plus tard que Selena, afin qu’elle puisse se rendre à son hôtel sans que des doutes subissent. Selena étant déjà rentré et moi toujours présent, personne ne se douterais de rien. C’est aussi la raison pour laquelle, j’étais en train de  quitté ça chambre de bon matin.

Une fois dans les couloirs des chambres d’hôtel, je me dirige vers l’ascenseur qui était complètement à l’opposé de  moi. Il faisait une chaleur étouffante dans les couloirs, la clim étais probablement en panne. Mon regard vient se poser sur les chambres dont j’étais en train de longer, à cet étage  chaque chambre portait le nom d’une actrice célères. Celle que je partager avec Selena portait notamment  le nom de Marilyn Monroe. Une femme que Selena admirer pour ces nombreuses qualités. D’ailleurs, il lui arrivait souvent de me citer ces citations lorsque j’allais trop loin. « J’aime les plaisanteries mais je ne veux pas en être une ». Une fois arrivé au niveau de l’ascenseur, je presse le bouton et sortie une cigarette de mon paquet de cigarette. Une fois-là, l’ascenseur s’ouvrit instamment. Vous êtes au 7éme étages. J’entre, je suis seule à l’intérieur. Je me regarde dans le miroir et à la vue de mes cernes, je me demande quand est-ce que je me suis reposé pour la dernière fois.  Je presse le bouton pour m’arrêter au dernier niveau inférieur. Pas assez rapide Justin ! Le bouton du cinquième étage ce met en surbrillance, ce qui me fait imaginer qu’une personne à presser ce bouton. Ce qui m’obligera à lui faire une place dans ce gigantesque ascenseur et de m’arrêter à son niveau. J’espérais juste que ça ne soit pas un adulte accompagne d’un enfant en bas âge qui me casse les oreilles à brailler de ce bonne heure. Je me mets à soupirer brusquement et à soupirer. Je déteste les enfants. Les portes se referment et l’ascenseur prit son chemin afin de m’amener au cinquième étage. Les portes s’ouvrent…

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma   Jeu 28 Mai - 18:46



Justin Bieber + Emma Watson × En ce qui me concerne, j'adore l'idée d'être coincé dans cet ascenseur avec toi !

La soirée de gala pour le Népal avait été une réussite totale. J'avais pu profiter des installations et des services offerts par cet hôtel luxueux de Beverly Hills, notamment du Trader Vic's d'inspiration polynésienne, avec son barbecue réalisé dans un ahi ma'a - un four traditionnel conçu en creusant dans le sable et en y plaçant des feuilles de bananiers, du bois, des pierres de lave et une nappe tressée avec des feuilles de purau.

Rassasiée par quelques morceaux de cochon sauvage, de porc au sucre calédonien, par quelques patates douces et un peu d'ignam, ainsi que par quelques morceaux de poulet huli huli originaire de Hawaï, j'avais arrosé le tout d'un cocktail Mai tai, d'un knickerbocker et d'un Royal Hawaïen que j'avais pu dégustée dans une noix de coco agrémentée d'un parasol, d'une paille et de fruits confits.

J'avais aussi été la proie d'un grand séducteur, d'un Justin Bieber ayant cherché à me mettre le grappin dessus pour me convaincre qu'il avait changé, qu'il ne souhaitait qu'apprendre à me connaître, en m'expliquant combien j'étais mignonne et intéressante. Je pensais qu'il ne cherchait qu'à devenir mon ami que pour mieux trouver la faille qui me conduirait à commettre l'irréparable, à devenir l'une de ses nombreuses conquêtes, parce que je me méfiais de lui et de ses intentions, mais encore plus des miennes.

Par chance,  j'étais passée au travers des mailles du filet. La soirée s'était montrée plus éprouvante que prévue à cause des nombreuses sollicitations, parce que je m'étais sentie excitée et flattée de faire l'objet d'un tel intérêt. Mais telle une lionne farouche, j'étais restée inaccessible malgré mes difficultés, en réalisant trop tard qu'il aimait relever les défis, frôler avec les interdits, qu'un refus de ma part ne pourrait que l'inciter à me taquiner en continuant à me faire du rentre-dedans.

J'aimais les hommes plus âgés, intelligents, sûrs d'eux, cultivés, drôle et affectueux, avec de la conversation. S'il  était en plus sportif et un peu bad boy, c'était encore mieux. Mais après avoir rompu avec Matthew, je ne voulais plus d'homme dans ma vie pour l'instant. On m'avait conseillé d'enchaîner les relations sans lendemain pour lutter contre la déprime, sauf que je n'avais rien d'une croqueuse d'hommes. J'avais besoin de connaître la personne, de lui faire confiance malgré mes difficultés à résister à une drague serrée, glamour et irrésistible dont seuls les latinos avaient le secret.

L'ennui, c'était mon sérieux, mes difficultés à me sentir sexy comparée à d'autres. Je n'étais pas une dragueuse ni une voleuse d'homme. Ma conception de la beauté et de la manière d'être sexy étaient différente des autres. Beaucoup - y compris dans le show business - s'étaient empressés de se manifester lorsque mon publiciste annonça mon retour sur le "marché des célibataires", mais je manquais de confiance en moi, je refusais toutes les déclarations d'amour qui émaneraient d'inconnus.

Ma chambre portait le nom de Liz Taylor. Elle disait : "Peut-importe ce que l'on raconte sur moi. L'important c'est que cela ne soit pas la vérité." J'étais une femme "normale" dans un univers sexiste fait de strass et de paillettes, d'une telle superficialité que cela m'avait forcé à prendre mes distances, à organiser ma vie et ma carrière afin de garder les pieds sur Terre, pour ne pas me laisser embarquer dans des histoires destinées à nourrir la presse people ou à faire valoir la réputation et la carrière d'un autre.

Nous avions bouclé les valises tandis que j'avais laissé Luke règler notre note, en laissant au bagagiste le soin de transporter nos bagages jusqu'à la voiture. Nous étions censés prendre l'avion pour Londres d'ici peu et comme je m'attendais à croiser des paparazzis, des chasseurs d'autographes et des fans, j'avais opté pour un look casual professionnel, avec une paire de mocassins vernis, une robe courte noire et blanche et un trench coat de chez Winzer afin de faire parler de moi dans les magazines de mode.

-"Hm... Salut Justin...", demandais-je en soupirant un grand coup avec surprise et inquiétude, en sentant poindre l'angoisse en moi.**Gosh ! Il est têtu !**, me fis-je comme réflexion en fronçant les sourcils."Fiuu ! Qu'est-ce qu'il fait chaud ce matin ! Cet endroit est un vrai four...", dis-je  en ajustant de la main gauche quelques mèches de cheveux et en pinçant mes lèvres recouvertes de rose pastel.

J'étais entrée dans la cabine de l'ascenseur, en pressant le bouton Rez-de-chaussée et en m'installant dans le fond, après avoir jeté un coup d'oeil furtif sur le miroir. Justin semblait très fatigué. Je m'étais demandée s'il avait passé la nuit avec Sélena ou avec une nouvelle conquête d'un soir. Oh ça n'était pas mes oignons. J'espérais seulement que l'ascenseur atteigne vite ma destination. Je ne détestais pas Justin. En fait, j'étais aussi fan de lui que des One Direction, bien que je ne l'admettais qu'à demi-mot.

Les portes de l'ascenseur s'étaient refermées et la cabine venait de se mettre en branle lorsque, au bout de quelques mètres, l'engin s'était mis à trembler et à stopper net, en manquant de me faire tomber. La lumière avait vascillé, le panneau de contrôle s'était éteint. Oh je n'étais pas claustrophobe, mais l'idée d'être piégée dans un espace restreint, sans possibilité d'appeler à l'aide, sans eau, nourriture ni climatisation m'avait rendu très nerveuse. Je ne songeais pas à l'idée que je ferai à nouveau l'objet d'une tentative de drague, mais avec les Américains/Canadiens...

"Ne me dis pas que nous sommes bloqués ?", l'interrogeais-je avec une légère angoisse que je sentais poindre au niveau de ma poitrine. Je sortis immédiatement mon Iphone avant de faire la moue d'un air contrarié."Arf... je n'ai pas de réseau.", fis-je en soupirant. "Ce n'est quand même pas toi qui me fait une blague, hm ? Parce que je ne trouverai pas ça drôle...", concluais-je en fronçant les sourcils.

https://www.youtube.com/watch?v=f2pc61_xdB8
(c) teenage.dream


La tenue d'Emma & bonus :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma   Ven 29 Mai - 17:20

Combien de chance sur un millions existe-il pour que ne nous retrouvions coincées tous les deux ?  

Emma & Justin

LLa voix de femme automatiser à la voix de robot ce mit àà retentir dans l’ascenseur. Vous êtes au cinquième étage. Aussi improbable qu’il soit, et à ma grande surprise Emma se tenait face à moi prête à rentrer dans la cabine. La même femme qu’hier m’avait faux bon sur le tapis rouge, préférant monter les marches seule afin d’aller dans la salle de l’évènement. La même qui part ces réponse bref et courtes, n’avait pas vraiment l’air de vouloir discuter avec moi hier ! Quoi qu’il en soit la voilà face à moi. Emma et Moi, dans un ascenseur, prêt à descendre au rez de chaussez en ma compagnie. J’étais vachement content, le hasard faisait vachement bien les choses. Moi qui voulait tellement faire sa connaissance et espérait la revoir après cette soirée afin de pouvoir la taquiner et la forcer à faire de moi son ami. C’était une occasion en hors pour moi, certes il je n’avais que quelques seconde pour espérait qu’elle veuille bien me donner son numéro afin de la recontacter plus tard. Comme on se retrouve. Je lui souris, son soupire qui résonnait dans la cabine faisait bien comprendre qu’elle n’était pas tellement contente de voir mon visage de ci bon matin. Bien dormit ? Sachant qu’elle n’allait probablement pas vouloir meubler la discussion avec moi je décide donc de poursuivre mon monologue. En ce qui me concerne, j’ai super mal dormit. Te voir de ci matin, m’éblouie. On devrait se voir plus souvent, et pourquoi ne pas passé plus de temps ensemble tu ne penses pas ? Emma s’empresse de presser le bouton qui allait nous mener à l’étage inférieur. Les portes de l’ascenseur se referment. Hier, j’ai comme eu l’impression que … La cabine se met subitement à trembler, puis au bout de quelques secondes se stoppe. La panique aurait pût me mettre dans tous mes états à cet instant là si j’avais étais claustrophobe mais, au lieu de cela je souris. Il me semble bien que nous étions bloqués entre deux étages. Je n’avais jamais était bloqué dans un ascenseur auparavant, j’avais toujours vu cela dans les films. Le genre de film ou deux jeunes gens sont bloqué, de préférence un homme et une femme. L’homme rassure la femme et en profite pour joue le Mc Giver, cela plait à la fille et plus si affinité. Mais, jamais je n’avais vécu un instant pareil, je ne serais donc dire si j’étais paniqué, heureux ou bien dans l’indifférence complète.

En ce qui concerne Emma, elle avait tout de la femme paniqué. Non pas parce que elle était bloqué ici et pour une durée indéterminé mais, parce que elle était coincé avec moi ! C’était avec un certain regret et plaisir à la fois que je devais de me l’admettre que je devais être un de ces pires cauchemars. Emma sortir son téléphone portable et avec stupeur (mais logique pour moi) qu’elle n’avait pas de réseau. Ce qui était compréhensible vu que dans un ascenseur il n’y a pas souvent de réseau, alors entre deux étages … logique qu’il n’y ait pas la moindre de fameux réseau. Je prends mon air le plus sérieux. Seigneur, nous n’avons pas de réseau ! J’espère que tu n’as pas de vol de prévu car… Je m’avance vers les portes automatiques qui étais fermer … nous sommes définitivement bloqué tous les deux ! Je fais deux pas en arrière pour rejoindre ma place qui se trouve au fond de la cabine et je m’assoie à terre. Je n’allais surement pas tenter de démonter le toit de l’ascenseur ni essayer d’ouvrir les portes automatiser de la cabine. Je n’avais ni l’envie ni la force de tenter ces exploit qui fonctionne qu’à la télévision. Nous sommes bloqué et ne pouvions rien y faire, d’ailleurs j’étais sûr qu’une équipe était en route pour nous sortir de là. Les caméras de surveillance devait surement fonctionner, le personnel était donc au courant que deux célébrités était à l’intérieur. Ce qui fait qu’il mettrons les bouchés doubles pour ne pas que nous attentions d’un procès qui leurs coûtera des milliards de dollars étant donné que certains voudrais surement revendre la vidéo qui monterons les images comme si nous étions dans une télé-réalité. Tu devrais t’assoir, je pense que nous en avons pour longtemps ! Et pour répondre à ta question, non je ne suis pas le farceur de cette mauvaise blague. Je regarde le tableau d’affichage de l’ascenseur, un petit affichage désignant une cigarette barrée songe à faire comprendre aux usagers de la cabine qu’il est interdit de fumer. Je pense que l’heure et aux confidences donc dis-moi, pourquoi tu ne m’aime pas ? Je porte ma cigarette à la bouche. Je peux ?

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

MessageSujet: Re: En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma   Lun 8 Juin - 22:16



Justin Bieber + Emma Watson × En ce qui me concerne, j'adore l'idée d'être coincé avec toi !

Des millions de filles se seraient crêper le chignon pour avoir ne serais-ce que la chance de respirer le même air que Justin Bieber. Je savais qu'il ne pouvait résister à une beauté, à un talent particulier, à des femmes qui mettaient à mal son sex-appeal en lui résistant avec arrogance et impertinence. Le pire était qu'en dépit de ma maladresse et de ma timidité, j'aurai peut-être pu le mettre à genoux et le mener à la baguette parce qu'il semblait aussi aimer les femmes de caractère, inaccessible voire un peu dominatrice. Or, je souffrais d'hyper activité, avec trouble de la concentration. Le ritalin n'était pas toujours efficace, alors un excès d'émotion pouvait parfois suffire à me faire ressentir une panique pas toujours pratique. Pendant des années, j'avais travaillé afin d'apprendre à gérer les tapis rouges, les interviews, pour casser cette image de fille fragile, manquant parfois d'assurance.

Mais si ma ressemblance avec Hermione était grande, je n'étais pas elle. Le problème, c'était qu'en dépit de l'âge de Justin, il correspondait au genre de type pour qui j'avais déjà craquée, pour peu qu'il eut réussi à m'éblouir par son intelligence et son sens de la drague. Vous comprendrez donc pourquoi je m'efforçais de maintenir cette barrière entre nous, car le fait d'être l'objet d'une aussi grande attention me rendait nerveuse. Alors, si lui était très heureux à l'idée de partager le même ascenseur que moi, j'éprouvais pour ma part des sentiment plus ambigus. Justin s'était attiré des ennuis avec la Justice de plusieurs pays. Son immaturité, son caractère de playboy, la façon dont sa rupture avec Selly avait été instrumentalisée, me poussait à le considérer comme infréquentable, parce que chez moi la vie privée et publique ne se mélangeaient pas, parce que je ne trouvais pas ça attirant.

Lorsqu'il me dit : "comme on se retrouve", aurai-je dû sourire d'un air flatté et charmé ou pouffer de rire comme une idiote ? J'ignorais qu'il souhaitait déjà obtenir mon numéro - chose que je ne faisais jamais sans précaution. J'avais éviter son visage pour ne pas avoir à croiser son regard et son sourire ravageur, en me contentant de soupirer, de faire ce que j'avais à faire, en rejoignant le fond de la cabine. "Bien dormi ?" Je lui répondis par un sourire de circonstance, un peu pincé. Etais-ce sa façon de savoir si j'avais passé la nuit avec quelqu'un ou cherchait-il à meubler la conversation ? J'aurai pu dire que si son sens de la tchach fonctionnait sur les adolescentes, ainsi que sur certaines femmes et si cela me laissait indifférente, en réalité, je n'étais pas assurée de rester de marbre.
"En ce qui me concerne, j’ai super mal dormi. Te voir de si bon matin, m’éblouie. On devrait se voir plus souvent, et pourquoi ne pas passer plus de temps ensemble tu ne penses pas ?" Oh je n'étais pas si imbue de ma personne pour songer qu'il avait mal dormi à cause de moi. Son compliment m'avait fait plaisir, bien que je n'en avais rien montrée, car je savais que sans ma célébrité les beaux mecs seraient passés devant moi sans me remarquer, parce que j'étais trop intello, réservée, pas très jolie et encore moins une Marie couche-toi là. Se voir plus souvent, passer plus de temps ensemble ? Pour devenir des sexfriends ? Et que devrais-je dire ensuite à Selly, hm, que j'ai couché accidentellement avec son ex sur un coup de tête ou parce que je pensais que nous allions mourir ?

Je n'avais pas répondu. Qu'aurais-je pu lui dire ? Avec Harry, c'était différent. Bien qu'il était un dragueur et une tête de lard - en plus d'être gentleman et romantique - il ne faisait pas autant parler de lui dans la presse à scandales. Son style et sa façon d'être étaient différents. Parfois, je me demandais si les hommes et les femmes avec qui il couchait savaient que ce serait sans lendemain, s'il prenait soin de leur montrer du respect, sans s'imiscer dans les couples des autres. Et puis, il y eut cette révélation sur Louis. Je pensais ne pas avoir à le juger, ne sachant pas ce que je ferai à sa place : sans doute me morfondre avant de chercher quelqu'un d'autre, même si cela me semblerait impossible. Cela ne m'avait pas empêché de le trouver égocentrique et plutôt immature sur ce coup-là, mais bon...

"Hier, j’ai comme eu l’impression que …" J'avais refusé de jouer à ton jeu ? Oui, même si j'ignorais que tu étais en train de te rabibocher avec Selly. Et justement... La différence entre toi et Harry, c'était qu'il ne m'avait jamais draguée, qu'il n'avait jamais eu de soucis avec la Justice et jamais eu une petite-amie vers qui j'aurai du rendre des comptes. Le fait que je le savais aussi bien attiré par les hommes que par les femmes ni changeait rien, mais il était vrai que j'aimais les hommes qui étaient sûrs d'eux et qui en avaient dans le pantalon.

J'aurai aimée voir Justin jouer les McGyver. Nous étions bloqués entre deux étages, sans possibilité d'appeler à l'aide et c'était surtout cela qui m'angoissait; non la présence de Justin, qui de toute façon n'oserait - je l'espérais - profiter de moi parce que les circonstances lui semblaient plutôt favorables. Je n'étais pas certaine que le téléphone d'urgence ou la caméra en noir et blanc fonctionnaient sur un réseau séparé, mais fort heureusement, nous étions dans un hôtel de luxe. L'attente ne durerait pas."Seigneur, nous n’avons pas de réseau ! J’espère que tu n’as pas de vol de prévu car…"J'avais failli prendre cela pour une moquerie."… nous sommes définitivement bloqués tous les deux !"

**Seigneur ! Pourquoi lui, ici, et maintenant !? Eh bien, nous voilà dans de beaux draps !**, me fis-je comme réflexion en rangeant mon Iphone d'un air dépité, en soupirant tandis que je fixais le plafond comme si j'avais été maudite.

Je le vis s'asseoir. Oh, c'était la chose la plus intelligente à faire, à défaut de s'y connaître. Mais si la caméra était alimentée sur circuit extérieur, personne ne pouvait nous entendre. Alors, plutôt que de songer déjà à un procès, je réfléchissais en plaçant l'un de mes ongles vernis de noir entre mes dents pour aider ma concentration. "Tu devrais t’asseoir, je pense que nous en avons pour longtemps ! Et pour répondre à ta question, non je ne suis pas le farceur de cette mauvaise blague." "Je pense que l’heure et aux confidences donc dis-moi, pourquoi tu ne m’aime pas ?" Il porta sa cigarette à la bouche. "Je peux ?"

Ma robe était si courte que m'asseoir aurait impliqué de me mettre à genoux et de me laisser tomber sur le côté afin qu'il ne puisse observer ma petite-culotte par inadvertance. Des confidences ? Je ne lui devais rien. J'aurai pu tout aussi bien sortir mes écouteurs et passer les prochaines heures à écouter de la musique, en me contentant d'une conversation minimale, mais je ne voulais pas me montrer trop cruelle avec lui. Et puis, si d'ici les prochaines heures, je me mettais à paniquer... n'y pensons pas.

-"Nous sommes coincés dans un espace clos, sans climatisation. Comme tu le sais, nous respirons et relâchons du dioxyde de carbone. D'ici environ six à huit heures nous suffoquerons et nous mourrons. L'ennui c'est que la combustion de ta cigarette va consommer de l'oxygène, en plus de polluer l'air de cet espace confiné, alors que chaque seconde compte. Crois-tu que ce soit là, là meilleure chose à faire ?", l'interrogeais avec sérieux.

**Et ce serait pire si nous venions à faire l'amour dans cette cabine, mais là il peut rêver.**

Je soupirais, en adoptant une attitude plus calme et posée.

"Je ne te déteste pas...", fis-je en soupirant d'un air las."Je pensais ce que je t'ai dis à propos de tes chansons. Je connais ta réputation de playboy et j'ai toujours en mémoire les avances que tu m'as formulé par voie de presse il y a quelques années. L'ennui, c'est que je déteste que l'on se moque ou que l'on se serve de moi, même si l'intérêt que tu me portes me touches beaucoup, parce que tu n'es pas le genre de garçon qui m'aurait remarquée si je n'étais pas devenue célèbre."

Jusqu'à présent, il s'agissait de l'exacte vérité. Après un soupir, j'ajoutais :

"Si je t'évites, c'est parce que Selena est ma meilleure-amie, parce que je ne suis pas l'une de ses filles faciles que tu as déjà accroché sur son tableau de chasse...", concluais-je en soupirant.

J'avais retiré mes mocassins afin de pouvoir poser mes pieds sur le sol de la cabine. Agitant mes orteils, j'observais mes ongles de pieds recouverts de vernis noir pour essayer d'oublier mon malaise et ma perplexité face à cette situation des plus délicates...

"Qu'entendais-tu réellement par "se voir plus souvent" et "passer plus de temps ensemble ?", lui demandais-je en le fixant droit dans les yeux pour la première fois.

https://www.youtube.com/watch?v=Uat9Bl_FVrk
(c) teenage.dream
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma   

Revenir en haut Aller en bas
 

En ce qui me concerne, j’adore l’idée d’être coincée dans cet ascenseur avec toi ! Ft Emma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et si je te poussais? [PV James]
» Un lac, un étalon, un vieil homme et une jument
» BLUE ♈ je déteste te voir partir mais j'adore te regarder t'en aller.
» T'embêter ? J'adore ça! ► Feat. DrewDrew Carter
» je te hais de tout mon corps mais je t'adore (jamie&sarah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sunlight :: Tea Time :: Rps-